A tous ces héros ordinaires

Je ne me sentirais pas les épaules d’écrire ici un article sur le drame qui nous a bouleversé, en tout cas pas de manière directe. J’aurai voulu écrire des mots de soutien pour ceux que ça a ébranlé, ceux qui se sentent perdus, vidés, effrayés mais je n’en ai pas le talent, les mots ne seraient jamais assez juste. Il n’est pas vraiment question ici de stupeur, de déni, ni de colère ou de marchandage. Il n’est pas question de tristesse ou encore d’acceptation. Les étapes du deuil sont bien sur à prendre en compte, et un deuil national bouleverse forcément l’inconscient collectif, mais je suppose que chacun s’en rend compte d’une manière ou d’une autre.

Je voudrais simplement vous parler de ces héros ordinaires. Ceux qui, dans la noirceur d’un vendredi soir, apportent une lueur d’humanité. Ceux qui vous disent: “ça n’a rien d’héroïque, c’est juste humain, tout le monde l’aurait fait”. Ceux qui ont ouvert leur porte alors que les balles pleuvaient encore. Défiant la peur, brisant la loi de l’individualisme en créant une vague de solidarité spontanée. Ce médecin sortis de chez lui pour venir en aide à l’horreur des terrasses. Ce gardien d’immeuble ouvrant sa cour et distribuant cafés et couvertures. Cet homme au Bataclan cachant une femme qu’il ne connaissait pas pour la protéger. Ces vigiles de la salle de concert qui, comme des capitaines de navires, sont restés guider les gens au lieu de fuir.Cette parisienne qui est allé aider un homme blessé et l’a mis à l’abris chez elle. Et celle-ci qui en a abrité 30.  Et enfin à tous ceux qui resteront anonymes.

C’est peut-être cliché, mais tant pis, face à l’horreur, on a tous besoin d’un peu d’espoir: à tous ces héros ordinaires.

Pray-for-Paris-Verratti1-400x242

Publicités