Comprendre le stress c’est se l’approprier …

Cet article est tout à fait innocent, n’y voyez aucune relation avec les examens qui arrivent, ni avec la liste de dossiers à rendre qui s’allonge sur votre « to do list » (je suis navrée d’avoir à vous mettre face au principe de réalité). Ceci dit, le stress n’est pas nécessairement votre pire ennemi, essayons de se l’approprier !

To-Do-List-Nothing

Le stress est défini comme un « état réactionnel de l’organisme soumis à une agression brusque » (Le Larousse). Le stress peut se présenter de diverses manières, mais partons de notre réaction physiologique pour ensuite le comprendre de manière plus large.

Face à une situation stressante, notre organisme en entier va se focaliser sur ce qui provoque le stress, cette mobilisation de tous nos moyens va nous permettre d’évaluer la situation et de choisir une réponse adaptée à ce stress. Une fois la décision prise, le stress nous prépare à agir face à cette situation.

téléchargement.jpg

Le stress est donc une réaction naturelle et utile à notre survie.

Oui, il est normal d’être stressé, mais de préférence, un peu et pas trop souvent !

La réaction de stress dite « normale » se décompose selon les auteurs en 3 ou 4 phases :

  1. L’alarme : des manifestations somatiques caractéristiques apparaissent : accélération du rythme cardiaque, respiration courte, apparition d’une boule (au ventre souvent). Toutes ces manifestations sont des moyens mobilisés pour nous défendre de la situation. Au niveau psychique, une vigilance accrue est souvent le signe de cette mobilisation, une excitation ou de l’euphorie peuvent également faire surface durant cette phase.
  2. La résistance : si le stress perdure, l’organisme va se préparer à maintenir les défenses en place tout en ne s’épuisant pas (il y a reconstruction des stocks et intervention de nouvelles hormones pour maintenir le corps et l’esprit en alerte).
  3. L’épuisement : nos défenses peuvent tenir un moment, mais si la situation stressante dure trop longtemps, notre organisme n’est plus capable d’y faire face et certains symptômes peuvent apparaître à ce moment-là (nous pouvons parler de stress chronique que je vous définirai dans un instant).
  4. La récupération : face à la baisse ou à la disparition de l’agent stressant, la tension diminue dans l’organisme et les réserves énergétiques vont se reconstruire petit à petit.

Ces 4 phases nous parlent du stress à un niveau majoritairement physiologique (il existe d’autres effets physiologiques tels que la fatigue, les maux de tête, les douleurs gastriques …), mais le stress peut apparaître à d’autres niveaux.

Au niveau intellectuel, le stress se manifeste par une baisse de la concentration et de la créativité, une pensée un peu déformée, des difficultés à prendre une décision, une capacité limitée à résoudre des problèmes et une mémoire à court terme moins efficace.

Au niveau social, le stress peut apparaître sous forme d’isolement, d’un faible intérêt envers les relations sociales en général, de difficultés de communication, d’une froideur émotionnelle …

La difficulté à se détendre (notamment à s’endormir), l’agressivité et les conduites à risques peuvent être les signes d’un stress comportemental.

D’un point de vue émotionnel, le stress se traduit par une sensibilité excessive entraînant des crises de larmes ou de nerfs, une certaine excitation ou au contraire de la tristesse.

Au niveau psychologique, l’anxiété, l’irritabilité, l’inquiétude, la vision pessimiste et l’incertitude sont des marqueurs de stress.

Cela nous montre bien que le stress peut agir sur nous à différents niveaux, il est donc important de savoir repérer ces manifestations du stress pour pouvoir le prévenir.

Deux types de stress sont décrits, le stress aigu et le stress chronique.

Definition-du-stress.jpg

Le stress aigu :

C’est la forme de stress la plus répandue. Le stress aigu se situe majoritairement dans la phase d’alarme décrite plus haut. Ce stress ne dure qu’un temps et est bénéfique tant qu’il reste court et stimulant. L’accumulation de stress aigu peut vite devenir délétère et est appelé « stress aigu répété ». Le stress aigu unique peut être considéré comme du stress positif, c’est lui qui va nous donner les ressources nécessaires, c’est-à-dire un petit coup de pouce pour nous aider à réagir face à une situation stressante. C’est lui qui va nous aider à mobiliser nos connaissances lors d’un examen par exemple, ou à être particulièrement concentré pendant un concours.

stress-examen-sophrologie

Dans le stress aigu, nous pouvons également trouver le stress négatif, c’est celui qui nous paralyse et nous fait perdre nos moyens, celui à éviter donc.

Le stress chronique :

Le stress chronique apparaît à la phase d’épuisement du stress « normal ». A ce moment-là, le stress a des répercussions sur le corps mais aussi sur l’esprit de l’individu: c’est un épuisement général qui est ressenti.

Le stress chronique apparaît quand la personne rentre dans un cercle de pessimisme et qu’à ses yeux, il n’y a plus de solutions à son/ses problème(s).

Il faut faire attention à cette forme de stress, car ses conséquences peuvent être funestes : maladies cardiaques, burn-out, accès ou crises de violence et envie de suicide.

Vous avez fait le premier pas vers une vie moins stressante rien qu’en comprenant (je l’espère) ce qu’est le stress et quelle est sa fonction !

Maintenant, voici quelques conseils pour vous aider à réduire votre stress (certaines techniques vous conviendront, d’autres non, à vous de piocher) :

  • Essayer de respirer par le ventre (des vidéos sur youtube peuvent vous guider dans cet exercice, celle-ci fait un peu gourou, mais propose des visualisations qui peuvent être très relaxantes : https://www.youtube.com/watch?v=EtbjnPg1rK8)
  • Visualisez la situation difficile comme un défi à relever
  • Évitez les généralisations (« de toutes façon, je rate toujours mes examens », « je perds toujours mes moyens » …)
  • Aérez-vous régulièrement (aller faire du sport si c’est votre truc, ça libère des hormones qui détendent. Si vous n’êtes pas sportif, marcher et prendre l’air permet également de réduire son stress).
  • Réfléchissez à ce que vous contrôlez dans une situation stressante, si vous ne contrôlez rien, à quoi bon stresser ? Tom vous propose ces deux techniques dans sa vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=09OoWa6rgKw, sa vidéo peut se résumer par ce proverbe tibétain: « Si un problème a une solution, alors il est inutile de s’en inquiéter. S’il n’en a pas, s’inquiéter n’y changera rien! »
  • Mâcher un chewing-gum aide certains
  • Être organisé permet de garder un certain contrôle qui réduit un peu le stress (faites vous un programme de travail ou donnez-vous des dates butoirs pour vous permettre d’être dans les temps et pas sur-booké).

J’ai essayé de réunir quelques pistes de réflexions pour vous aider, mais chacun peut développer ses propres techniques de réduction du stress, donc soyez imaginatif et trouvez ce qui vous correspond !

anti_stress_relax

Il existe d’autres dimensions du stress que je n’ai pas abordées, notamment le stress post-traumatique, si vous voulez en apprendre davantage à ce sujet, ces sites peuvent vous donner un premier aperçu :

http://www.iusmm.ca/hopital/usagers-/-famille/info-sur-la-sante-mentale/etat-de-stress-post-traumatique.html

→ http://www.fondationdesmaladiesmentales.org/la-maladie-mentale.html?t=2&i=7

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s